mardi 13 novembre 2012

BAPE ou pas BAPE à Dunham : le Parti Québécois corrige le tir...


Tir corrigé à propos des études sur l'inversion du flux de pétrole dans l'oléoduc Portland-Montréal.

source web : Publié par 
Le 27 octobre dernier, on pouvait lire dans La Voix de l'Est un article intitulé Le PQ renie un engagement électoralpar Michel Laliberté. 

Le gouvernement péquiste ne mandatera pas le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour examiner le projet de Pipe-Lines Montréal d'inverser le sens d'écoulement de son oléoduc reliant Montréal et Portland. Il renie ainsi l'engagement pris par quatre de ses candidats à la dernière élection.

«Ce sont des infrastructures qui sont déjà existantes. On ne peut pas faire grand-chose là-dessus; c'est un dossier de juridiction fédérale», a indiqué Danielle Rioux, attachée de presse du ministre responsable du BAPE, Daniel Breton. «La sécurité de ces installations, malheureusement, c'est le fédéral qui s'en occupe.»

Scott McKay, Richard Leclerc, Marie Bouillé 
et Michel Breton à Cowansville lors de la dernière 
campagne électorale.
Le 14 août dernier, alors en pleine campagne électorale, les candidats du Parti québécois Scott McKay (Repentigny), Marie Bouillé (Iberville), Richard Leclerc (Brome-Missisquoi) et Michel Breton (Orford) ont affirmé en conférence de presse qu'un gouvernement mené par le PQ demanderait au BAPE d'étudier le projet de PLM.

J'étais alors en Côte d'Ivoire, donnant une formation en marketing social à l'Institut national de Santé publique, quand j'ai reçu un courriel de Jean Binette, président du Comité pour l'environnement de Dunham, m'informant de la parution de cet article. Je ne fais ni une ni deux, je réagis aussitôt en écrivant à trois de mes collègues élus lors de la dernière élection : Daniel Breton, ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, son adjoint parlementaire, Scott McKay et Marie Bouillé, notre voisine députée d'Iberville, pour avoir quelques explications. À mon retour dans Brome-Missisquoi et après quelques échanges fructueux, nous en sommes arrivés à la conclusion qu'il fallait rétablir les faits. 

Pour bien marquer le sérieux de notre intervention, il a été entendu de présenter une proposition d'urgence à la Conférence nationale des présidentes et des présidents (CNPP) du Parti Québécois du 10 novembre à Sherbrooke.

Inversion du flux de pétrole dans l’oléoduc 
Portland-Montréal

Considérant les impacts environnementaux possibles dus à l’inversion du flux de pétrole dans l’oléoduc entre Portland, Maine et Montréal;

Considérant les dégâts environnementaux causés antérieurement par cet oléoduc;

Considérant l’âge des infrastructures en cause et l’augmentation significative de la pression d’opération nécessaire à l’inversion du flux de pétrole;

Considérant les risques de contamination des sources d’eau potable;

Considérant l’inquiétant affaiblissement des mesures d’évaluation et d’examen public des impacts environnementaux par le gouvernement conservateur de Stephen Harper;

Considérant qu’il est de la responsabilité du ministre du Développement durable, de lEnvironnement, de la Faune et des Parcs d’assurer l’intégrité environnementale de notre territoire national;

Il est proposé que la CNPP demande au ministre du Développement durable, de lEnvironnement, de la Faune et des Parcs:

•   de s'assurer, le plus rapidement possible, de trouver le meilleur moyen de tenir les études d’impact environnemental qui s’imposent relativement au projet d'inversion du flux de l'oléoduc Portland-Montréal;

•   de s’assurer que ces études puissent être rendues publiques et que les populations locales visées par ce projet puissent être consultées à ce sujet.


Proposé par : Richard Leclerc, Brome-Missisquoi

Appuyé par : Marie Bouillé, Iberville

Après ma présentation de la proposition aux présidentes et aux présidents réunis, le ministre Daniel Breton est venu immédiatement confirmer qu'il la recevait bien, que la question de l'inversion du flux de pétrole dans l'oléoduc Portland-Montréal le préoccupait et qu'il allait mettre en branle le processus d'études dans les meilleurs délais, à ma grande satisfaction.

Proposition adoptée à l'unanimité.

Merci au ministre Daniel Breton pour sa grande réceptivité, à son adjoint Scott McKay pour son excellente collaboration à la rédaction de cette proposition, à Marie Bouillé pour son appui et à Jean Binette pour sa grande vigilance.

Merci finalement à Jacques Landry, président de l'exécutif de Brome-Missisquoi, qui m'a cédé son droit de parole à cette CNPP pour que je puisse présenter cette proposition d'urgence.

1 commentaire:

  1. et bravo à toi pour ta prompte intervention. Merci Richard.

    RépondreSupprimer